Comptabilité - Conventions

Nous discuterons des conventions comptables dans cette section.

Convention de cohérence

Pour comparer les résultats des différentes années, il est nécessaire que les règles, principes, conventions et concepts comptables relatifs aux transactions similaires soient suivis de manière cohérente et continue. La fiabilité des états financiers peut être perdue si des changements fréquents sont observés dans le traitement comptable. Par exemple, si une entreprise choisit le coût ou le prix du marché, selon la méthode la plus basse pour l'évaluation des stocks et la méthode de la valeur dépréciée pour l'amortissement des immobilisations, elle doit être suivie de manière cohérente et continue.

La cohérence indique également que si un changement devient nécessaire, le changement et ses effets sur le résultat et sur la situation financière de l'entreprise doivent être clairement mentionnés.

Convention de divulgation

La Loi sur les sociétés de 1956 a prescrit un format dans lequel les états financiers doivent être préparés. Chaque entreprise appartenant à cette catégorie doit suivre cette pratique. Diverses dispositions sont prévues par la loi sur les sociétés pour préparer ces états financiers. Le but de ces dispositions est de divulguer toutes les informations essentielles afin que la vue des états financiers soit vraie et juste. Cependant, le terme «divulgation» ne signifie pas toutes les informations. Cela signifie la divulgation d'informations importantes pour les utilisateurs de ces états financiers, tels que les investisseurs, le propriétaire et les créanciers.

Convention de matérialité

Si la divulgation ou la non-divulgation d'une information peut influencer la décision des utilisateurs des états financiers, alors cette information doit être divulguée.

Pour une meilleure compréhension, veuillez vous référer aux instructions générales pour la préparation de l'état des profits et pertes dans l'annexe VI révisée de la loi de 1956 sur les sociétés:

  • Une entreprise doit divulguer au moyen de notes des informations supplémentaires concernant tout élément de revenu ou de dépense qui dépasse 1% des revenus d'exploitation ou Rs 1,00,000, le montant le plus élevé étant retenu.

  • Une société doit divulguer dans les notes aux comptes, la part dans la société détenue par chaque actionnaire détenant plus de 5% d'actions en précisant le nombre d'actions détenues.

Conservation ou prudence

C'est une politique de jouer en toute sécurité. Pour les événements futurs, les bénéfices ne sont pas anticipés, mais des provisions pour pertes sont prévues comme politique de conservatisme. En vertu de cette politique, des provisions sont constituées pour les créances douteuses ainsi que pour les passifs éventuels; mais nous ne considérons aucun gain anticipé.

Par exemple, si A achète 1000 articles à 80 Rs par article et en vend 900 articles à 100 Rs par article lorsque la valeur marchande du stock est de (i) 90 Rs et en condition (ii) 70 Rs par article, alors le le bénéfice des transactions ci-dessus peut être calculé comme suit:

Détails Condition (i) Condition (ii)
Valeur de vente (A) (900x100) 90 000,00 90 000,00
Moins - Coût des marchandises vendues
Achats 80 000,00 80 000,00
Moins - Stock de clôture 8 000,00 7 000,00
Coût des marchandises vendues (B) 72 000,00 73 000,00
Bénéfice (AB) 18 000,00 17 000,00

Dans l'exemple ci-dessus, la méthode d'évaluation du stock est «le coût ou le prix du marché, le plus bas des deux» .

La prudence ne permet cependant pas la création de réserves cachées en sous-estimant les bénéfices ou en surestimant les pertes.